La douceur des douceurs

Je ne sais pas quoi dire mais….Mathilde, Bastien,…
Ce sont les membres de ma nouvelle famille et je suis très heureux de les avoir rencontrés. Je sens que je suis un des leurs et qu’il n’y a pas de différence entre eux et moi. Je les aime beaucoup. C’est ma famille en France, à Embrun. J’aime la France grâce à eux et j’espère y rester.
Ils se sont énormément dépensés pour moi et je leur dois beaucoup. Je ne sais pas quoi leur offrir, ils méritent beaucoup, ils méritent ma vie, ils méritent mon être.

Je n’imaginais pas à ce point leur douceur, leur beauté et leur bonté. Leur douceur est au dessus de toutes les douceurs.

Je ne les oublierai jamais et j’espère rester en France pour eux, pour moi et pour que ma vie soit épanouie. Sans eux, il manquerait quelque chose à ma vie.
Bastien est comme mon père, Mathilde est telle une mère, je les aime beaucoup. Je sais qu’ils ont fourni beaucoup d’efforts car je le sens.
S’il plaît à Dieu, s’il plaît à Dieu, s’il plaît à Dieu, je leur rendrai la monnaie, c’est un devoir.
Ce sont de belles personnes, je ne leur ai pas vu de semblables au Soudan. J’espère, j’espère, j’espère les inviter un jour pour qu’ils rendent visite à ma famille au Soudan. Je leur espère une vie meilleure dans ce bas monde et que le bon Dieu leur accorde la foi pour que je puisse les rencontrer dans la vie de l’autre monde.
Je les aime et je voudrais tant leur offrir quelque chose. Je n’ai rien en ma possession mais s’il plaît à Dieu et s’il m’accorde de la réussite je leur serai reconnaissant. Je les aime beaucoup. Je faibli devant la parole et je ne trouve pas les mots pour bien m’exprimer. Je voudrais tant m’exprimer autrement mais ma situation et la vie du moment m’en empêchent.
Je vous remercie tous, Mathilde, Bastien…. »