1er jour de grève de la faim

Ils sont quinze réfugiés à avoir commencé une grève de la faim le 6 juin 2017 à Briançon. Désertant les foyers des Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO) qui les hébergeaient depuis six mois, ils se sont installés avec toutes leurs affaires devant les portes de la MJC, soutenus par une centaine de Briançonnais à tour de rôle.

Menacés depuis plusieurs semaines de renvoi en Italie par la préfecture, ils veulent pouvoir déposer leur demande d’asile en France. Si cette demande n’est pas entendue, ils ont fait savoir qu’ils récupéreraient leur dossier et repartiraient à Paris, d’où le gouvernement était venu les chercher six mois plus tôt.

Leur histoire illustre la gestion absurde des migrants par l’Europe, et notamment les aberrations des accords de Dublin qui créent des situations d’attentes insoutenables, des parcours d’errance infinie et fabriquent des clandestins.