Mourir ici

Troisième jour de grève de la faim à Briançon, Hautes-Alpes. Plusieurs grévistes parlent d’arrêter de boire, pour en finir. Je discute avec Ibrahim, dans le bon Français qu’il apprend depuis six mois.

– Je vais arrêter de boire.

-Tu ne peux pas arrêter de boire, tu mourrais dans quelques jours.

-Et alors?

-Tu ne peux pas mourir dans quelques jours !

-Pourquoi ?

-On va se battre avec vous contre cette procédure de Dublin.

Ibrahim hausse les épaules.

Au Soudan c’était trop dur, en Libye c’était trop dur, en Italie c’était trop dur, en France c’est trop dur. Et on m’a dit que dans toute l’Europe ce serait pareil. Je n’ai de place nulle part. Impossible de vivre où que ce soit. Autant mourir ici.